KATHIMERINI : La France "s’ouvre" aux Grecs [el]

Le journal KATHIMERINI daté du 24 août 2016 a publié une interview de Mikaël Hautchamp, conseiller de coopération et d’action culturelle, directeur de l’Institut français de Grèce, et de Patricia Savary, responsable du bureau CampusFrance en Grèce, sur le contexte, la capacité des établissements supérieurs français à l’accueil d’étudiants grecs et les collaborations envisagées dans ce secteur.

Propos recueillis par le journaliste Apostolos Lakassas.

JPEG - 140.1 ko
Kathimerini : La France s’ouvre aux Grecs (24 août 2016)

L’article original est publié sur le site du journal KATHIMERINI :
Η Γαλλία « ανοίγεται » στους Ελληνες

Traduction de l’article

La France « s’ouvre » aux Grecs


Les établissements supérieurs français se préparent à accueillir les étudiants.

« Mais la France, ce n’est pas seulement Paris », déclare Mikaël Hautchamp, directeur de l’Institut français de Grèce et conseiller de coopération et d’action culturelle, lorsqu’il parle des universités et des progrès constants effectués pour approcher les étudiants grecs. Des progrès constants et de qualité, ajoute Patricia Savary, responsable du bureau CampusFrance en Grèce, en présentant les données qui présentent une augmentation des Grecs dans les universités françaises mais également dans les grandes Ecoles. Les responsables français manifestent leur intention de renforcer la collaboration franco-hellénique et d’ailleurs, cette année, pour la première fois, un professeur français sera mis à disposition au département de langue et littérature françaises de l’université d’Athènes. Cet enseignant aidera les étudiants à un meilleur apprentissage du français.

Plus spécifiquement, conformément aux données du bureau CampusFrance en Grèce, 2357 étudiants grecs ont étudié dans 75 universités françaises en 2015-2016, dans le 1er cycle et le 3e cycle, ce qui représente une augmentation constante de leur nombre ces dernières années. A titre indicatif, ils étaient 1851 en 2009-2010.

Une augmentation analogue est recensée pour le nombre d’étudiants grecs dans les grandes Ecoles, dont l’accès est particulièrement difficile. De 138 en 2010, ils sont passés à 222 en 2014.

La France est le 3e pays d’accueil des étudiants étrangers après les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Les Français espèrent d’ailleurs être favorisés par des changements survenus en raison du « Brexit », également sur le marché éducatif international du fait d’une éventuelle augmentation des droits de scolarité pour les étudiants de pays tiers. « Les universités françaises organisent des programmes d’études en anglais pour attirer des étudiants d’autres pays. En parallèle, les services des œuvres pour étudiants ont été renforcés », indique Mme Savary. Aujourd’hui, en dehors de Paris, les Grecs étudient dans les universités de Strasbourg, Montpellier, Toulouse, Marseille. Il n’y pas de droits de scolarité dans les universités publiques, en dehors de frais d’inscription qui s’élève à 180 euros pour le cycle Licence, 250 euros pour le cycle master et 320 euros pour la formation doctorale. Dans les universités privées, les droits d’inscription débutent à 5000 euros et dépendent de l’objet des études et du niveau des études universitaires.

Partenariats entre facultés

D’un autre côté, Mikaël Hautchamp met également en relief le renforcement plus large des relations franco-helléniques. Déjà dans le cadre de la déclaration franco-hellénique : « le partenariat stratégique pour tous », 40 écoles de Paris et d’Athènes collaboreront, de façon expérimentale dans une première phase, pour développer des programmes éducatifs communs.

Le programme sera également étendu à des écoles d’autres régions de Grèce. En parallèle, la France assiste des centres d’études dans l’ensemble du pays pour l’apprentissage du français et l’organisation des examens de certifications, tandis que « se poursuit » la coopération Grèce-France dans le champ culturel avec des événements dans toute la Grèce, où existent de nombreuses associations d’amitié franco-hellénique.

(traduction : Institut français de Grèce)

En savoir plus

- Site internet de l’Institut français Grèce : www.ifg.gr
- Site internet du bureau CampusFrance Grèce : www.grece.campusfrance.org

dernière modification le 07/09/2016

haut de la page