Décoration de Myron Michaïlidis, directeur artistique de l’Opéra national [el]

Christophe Chantepy, ambassadeur de France en Grèce, a remis les insignes de chevalier de l’ordre des Arts et Lettres à M. Myron Michaïlidis, directeur artistique de l’Opéra national et chef d’orchestre.

Cette décoration rend hommage à l’engagement constant de M. Michaïlidis en faveur d’une plus large diffusion de la musique, avec une attention particulière au répertoire français, en n’abandonnant jamais l’exigence de la qualité.

La cérémonie s’est tenue le 24mai 2016 à la Résidence de France à Athènes, en présence de la famille et de nombreux amis du récipiendaire.

Discours de Christophe Chantepy, ambassadeur de France en Grèce

Mesdames et Messieurs,
Chers amis,
Cher Myron Michaïlidis,

C’est un grand plaisir de vous accueillir ce soir, entouré de votre famille, de vos amis et de personnalités du monde artistique. La circonstance est particulièrement heureuse puisqu’il s’agit de vous exprimer la reconnaissance de la République française pour l’œuvre artistique majeure que vous développez depuis tant d’années.

Je vais, comme c’est l’usage -mais c’est aussi un plaisir- retracer quelques étapes de votre parcours, parcours exceptionnel dédié à la musique mais également à la direction d’un établissement prestigieux, l’Opéra national de Grèce.

Vous êtes né en 1968 à Héraklion, où vous restez jusqu’à l’âge de dix-huit ans avant de prendre votre envol vers Athènes. Mais vous resterez toujours fidèle à votre île d’origine, dont vous accompagnez et encouragez les projets culturels.

Vous suivez d’abord des études de droit à l’université d’Athènes. Mais très vite, vous vous consacrez résolument à ce qui devient une vraie vocation artistique : vous étudiez le piano avec Dimitris Toufexis, soliste renommé, et vous vous formez à la direction d’orchestre avec Hans-Martin Rabenstein à la Hochschule der Künste – aujourd’hui la Universität der Künste - de Berlin, dont vous sortez diplômé en 1996.

Vous prenez part à des master classes avec Miltiade Caridis, chef d’orchestre grec particulièrement renommé, et avec Sir Simon Rattle.

Dès lors, vous ne cesserez de diriger des orchestres prestigieux : l’orchestre symphonique de Berlin, l’Orchestre de Rome, l’Orchestre philharmonique de Slovénie, l’Orchestre symphonique de Jérusalem, l’Opéra national de Bucarest, l’Orchestre philharmonique George Enescu, l’Orchestre symphonique de Radio Prague. Et, de 1999 à 2004, vous êtes chef permanent de l’Opéra de Saxe orientale.

En 2004, vous avez seulement trente-six ans quand vous êtes nommé directeur artistique de l’Orchestre symphonique d’État de Thessalonique et, en décembre 2007, vous menez l’orchestre dans la Cité interdite à Pékin, à l’occasion de l’Année culturelle de la Grèce en Chine. Chacun se plaît à reconnaître que l’exercice de ce mandat, que vous accomplirez jusqu’en 2011, va donner un élan artistique majeur à l’orchestre, attirer un public de plus en plus fidèle aux concerts splendides qui font date comme celui des concertos de Beethoven pour piano et orchestre que vous donnez avec le soliste Aldo Ciccolini.

Depuis 2011, vous êtes directeur artistique de l’Opéra national grec où vos remarquables qualités permettent ici encore le développement de l’orchestre que vous conduisez pour des programmes avec des solistes de renom tels que Aldo Ciccolini, déjà cité, Paul Badura-Skoda, Shlomo Mintz, Martino Tirimo, Teresa Berganza et Cheryl Studer. Vous ouvrez l’Opéra à des publics nouveaux, mettant en place des actions originales telles « l’opéra valise », mini-spectacles donnés en divers lieux d’Athènes et de toute la Grèce, en des endroits parfois inattendus comme ce concert de 2012 donné au marché central de Varvakios, qui a marqué les esprits. A l’automne dernier s’est achevé un remarquable programme éducatif de trois ans, soutenu par des financements européens : « l’opéra interactif à l’école » a voyagé dans cent soixante-dix établissements partout en Grèce.

Je pourrais citer bien d’autres initiatives, toutes novatrices : la création contemporaine fait partie de vos programmes comme vous l’avez montré avec « La meurtrière » du compositeur Georgos Koumentakis sur un texte d’Alexandre Papadiamantis, créé en 2014 et brillamment repris il y a quelques semaines.

S’agissant de l’opéra, vous avez dit qu’il est « souvent identifié à l’Italie dans la conscience du grand public, mais qui c’est aussi une affaire française ». Ces propos nous vont droit au cœur, et d’ailleurs, votre première grande production en qualité de directeur de l’opéra de Grèce est précisément un chef d’œuvre du répertoire français, le Faust de Charles Gounod, donné en janvier 2012 au Palais de la Musique d’Athènes : un vrai triomphe pendant huit représentations et une sortie en DVD, la première pour l’opéra national.

Au compte de vos réussites on compte enfin, bien sûr, de nombreux enregistrements discographiques, salués avec chaleur par la critique et fréquemment primés.

2017 va marquer une étape importante dans la vie de l’Opéra national, puisqu’il s’installera au Centre culturel Stavros Niarchos. Vous préparez cette installation avec votre énergie coutumière, et les équipes de l’Institut français seront à vos côtés autant que vous le souhaiterez, pour y contribuer en favorisant les contacts avec des organismes français tels « la Folle journée de Nantes ». Vous avez reçu récemment la directrice générale de la Folle journée, le maire adjoint chargé de la culture à la ville de Nantes et je vous remercie de l’accueil favorable donné à leur proposition.

Cher Myron Michaïlidis, pour l’ensemble de votre œuvre, à la fois profondément artistique, attentive au répertoire français et tournée vers l’administration efficace et talentueuse d’un très grand établissement culturel, j’ai l’honneur, au nom de la Ministre de la Culture et de la Communication, de vous remettre les insignes de chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres.

Découvrir toutes les photos

via le compte Flickr de l’ambassade https://flic.kr/s/aHskAvJy9z

En savoir plus

- site officiel de Myron Michaïlidis

dernière modification le 29/06/2016

haut de la page