Conférence internationale sur les victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient (Paris, 8 septembre 2015) [el]

Ouverte par le Président de la République, François Hollande, la conférence était présidée par Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, et son homologue jordanien. Consacrée aux victimes de persécutions ethniques et religieuses au Moyen-Orient, la conférence a réuni 56 Etats et 11 organisations régionales et internationales. Les débats ont notamment porté sur les moyens à mettre en œuvre pour soutenir les membres des communautés qui sont visés par Daech et d’autres organisations terroristes pour des raisons ethniques ou religieuses, et les communautés qui sont menacées en tant que telles en Irak et en Syrie.

Conférence Victimes violences ethniques et religieuses au Moyen Orient (Chrétiens d'Orient) : discours d'accueil de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international (Paris, CCM, site de la Convention). - JPEG

Cette conférence ministérielle a rassemblé une soixantaine de délégations (la Grèce était représentée par M. Spyridon Flogaïtis, ministre délégué aux affaires européennes) ainsi que des représentants des Nations unies, de l’Union européenne et d’organisations internationales.

Conférence Victimes violences ethniques et religieuses au Moyen Orient (Chrétiens d'Orient) : discours de François Hollande, président de la République (Paris, CCM, site de la Convention). - JPEG

A la suite de la réunion du conseil de sécurité des Nations unies du 27 mars, l’objectif de cette rencontre était d’identifier des mesures concrètes pour répondre à tous les aspects de la situation des victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient :

- répondre aux besoins des populations en danger, préparer et faciliter le retour volontaire et durable des déplacés ;
- promouvoir des solutions politiques respectueuses des droits de l’Homme et qui préservent la diversité culturelle et religieuse du Moyen-Orient ;
- mettre fin à l’impunité de ceux qui ont commis des crimes contre les populations pour des raisons d’appartenance ethnique ou de conviction religieuse, qui peuvent dans certains cas constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité.

A l’issue de la conférence et comme annoncé à New York le 27 mars, un plan d’action a été adopté. Il est destiné à répondre à la situation dramatique des personnes appartenant à des communautés ciblées et menacées pour des raisons ethniques ou religieuses par Daech ainsi que par d’autres organisations terroristes.

- conclusions des co-présidents : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/afrique-du-nord-moyen-orient/evenements/article/conference-internationale-sur-les-victimes-de-violences-ethniques-et
- plan d’action : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/afrique-du-nord-moyen-orient/evenements/article/plan-d-action-de-paris#

Vidéo - Conférence de presse de Laurent Fabius et son homologue jordanien.

dernière modification le 30/09/2015

haut de la page